Ce Que Vous Devez Savoir Sur Le Contrat D’assurance Décès

Contenue dans un ensemble de polices d’assurance, l’assurance décès permet de sécuriser l’avenir de nos proches. Diverses formules, adaptées aux besoins de chacun sont donc proposées aux souscripteurs. C’est quoi l’assurance décès ? Quelles sont les différentes formules d’assurance décès ? Quelles sont les garanties complémentaires auxquelles l’assuré peut souscrire ? Découvrons !

Définition

L’assurance décès est un contrat qui vise à mettre ses proches à l’abri du besoin en cas de décès ou même d’invalidité. Le bénéficiaire désigné recevra un versement (capital ou rente) déterminé à l’avance. Et ce, en cas d’évènement tragique, avant le terme du contrat. Afin de pour surmonter les difficultés financières qui peuvent survenir du fait de la disparition d’une personne. L’assuré pourra également recevoir lui-même ce capital en cas de Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA).

Les contrats d’assurance peuvent être individuels ou collectifs. Soit par l’intermédiaire d’une entreprise ou d’une association. Ils peuvent être également souscrits à l’occasion d’un emprunt bancaire. Les contrats d’assurance décès regorgent donc de différents modules. Ils peuvent être aussi assortis de plusieurs garanties complémentaires.

L’assurance décès vie entière

Elle est souscrite pour une durée indéterminée et se dénoue lorsque survient le décès de l’assuré, quelle qu’en soit la date. Ce type de contrat d’assurance vie prévoit le versement d’un capital ou d’une rente au(x) bénéficiaire(s) désigné(s).

L’assurance vie entière peut être souscrite pour rembourser un prêt, pour financer l’éducation des enfants, pour assurer l’avenir de ses proches et organiser sa succession si possible.  Ainsi que pour assurer des revenus à un enfant handicapé et de pour financer ses obsèques.

L’assurance temporaire décès

Elle garantit le versement d’un capital ou d’une rente en cas de décès de l’assuré survenant pendant la période de validité du contrat. Si l’assuré est en vie au terme de cette période, le contrat d’assurance prend fin. Les cotisations versées ne sont pas récupérées par le souscripteur du contrat mais bénéficient à l’ensemble des assurés : il y a mutualisation des risques. C’est cela l’assurance !

Y a-t-il un « bon âge » pour souscrire à une assurance-décès ?

En règle générale il est permis de souscrire à une assurance-décès de 18 à 65 ans (parfois, l’adhésion se fait plus tard) et ce pour une durée qui peut être indéterminée (jusqu’au décès) ou fixée pendant une certaine période de temps. On adhère pour un an, le contrat étant renouvelé par tacite reconduction, et les cotisations sont payées chaque mois, trimestre, semestre ou année.

Les garanties complémentaires des contrats d’assurance en cas de décès

L’assuré a la possibilité de compléter son contrat d’assurance décès par d’autres garanties. Elles ne sont pas toujours liées à la durée de la vie mais couvrent un risque particulier.

L’assuré bénéficie d’une indemnité journalière, en cas d’un arrêt de travail prolongé. Pendant cette période, l’assuré est éventuellement dispensé du paiement des cotisations relatives au contrat. Mais il bénéficie toujours des garanties.

  • La garantie invalidité

Si l’invalidité est définie dans le contrat, cette garantie dit que l’assureur prend en charge le remboursement des échéances. Même si votre incapacité de travail n’est pas définitive ou votre invalidité totale. Cependant, l’assuré est exonéré du paiement des cotisations relatives au contrat d’assurance, tout en bénéficiant du maintien des garanties.

  • La garantie décès par accident

Le capital versé au(x) bénéficiaire(s) peut être doublé ou triplé lorsque le décès survient par accident et notamment par accident de la circulation.  La définition d’un événement comme un accident dans les contrats d’assurance vie (dont fait partie l’assurance décès) remplit un objectif précis : ne pas laisser de place à l’interprétation afin que le sinistre soit couvert sans équivoque. Il est donc crucial que les accidents soient explicités de manière précise, dans l’intérêt de l’assureur et du souscripteur.

  • La garantie perte d’emploi

L’assurance perte d’emploi couvre la perte involontaire de l’emploi par le salarié. La perte d’emploi suite à un licenciement est le seul cas pour lequel l’assurance perte d’emploi s’applique. Si un particulier souscrit un prêt immobilier, l’organisme prêteur peut proposer une assurance perte d’emploi.

Cette garantie est généralement proposée dans les contrats d’assurance liés à un prêt et prévoit soit le report des échéances du prêt, soit la prise en charge de la totalité ou d’une partie des mensualités pendant la durée fixée par le contrat.

La Rédaction

Vous souhaitez parler à un conseiller :
Contactez-nous :   655 555 000  | 681 522 759
E-mail : infos_lmr@lmr-assur.com
Visitez notre site web : www.lmr-assur.com
Suivez-nous sur :
   --> Facebook : @LesMutuellesRéunies
   --> Twitter : @lmrsa_officiel
   --> LinkedIn : LesMutuellesRéunies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *